Respirer à pleins poumons: soigner les infections virales et bactériennes

Infection généralement virale, faisant souvent suite à un rhume ou une grippe, la bronchite aigüe se traduit par une inflammation des bronches, avec sécrétion de mucus et toux persistante. Avec un bon système immunitaire et de bons soins, il est facile de s’en remettre à l’intérieur de deux à trois semaines.  Dans certains cas, la bronchite peut devenir chronique et persister plusieurs mois.  En tout temps, de nombreux soins peuvent raccourcir le temps de la maladie et permettre à notre corps de reprendre le dessus. Par Véronik Tanguay, ND, Hta

Pour vous qui êtes habitués de me lire, vous vous douterez de mes recommandations alimentaires allégées! En cas de maladie et d’infection, mieux vaut s’alimenter de manière frugale, avec des bouillons nutritifs et des soupes maison. Cela permet au système immunitaire d’être beaucoup plus efficace dans la gestion de l’agent infectieux. Sans compter que certains aliments génèrent et/ou augmentent l’inflammation et la sécrétion de mucus dans notre corps, que ce soit le sucre, les produits à base de blé et les produits laitiers.

Rien de mieux qu’un bouillon maison enrichi de fines herbes immunostimulantes! La meilleure? Le thym! Simple à dénicher en épicerie, idéalement frais, il sera ajouté aux soupes pour ses qualités antivirales, antibactériennes, mucolytiques, expectorantes et antitussives. La sarriette aura des effets un peu similaires. Sans compter l’ail! Cet excellent tonique immunitaire et anti-infectieux. Et le gingembre? Quoi de mieux pour dégager les sécrétions nasales! Même l’ajout de romarin et de la sauge contribueront à faciliter l’élimination des sécrétions pulmonaires grâce aux molécules cinéolées du romarin et aux cétones de la sauge. Avec l’ajout de bons légumes et de racines de curcuma comme anti-inflammatoire des voies respiratoires, quel bouillon incroyablement délicieux et thérapeutique!

Outre que de passer par l’alimentation, d’autres plantes seront sélectionnées, toujours selon l’historique de santé de la personne mais aussi de ses symptômes présents. Si la cause est bien virale, nous avons besoin de plantes antivirales; que ce soit la baie de sureau, l’ail et le thym. Ces deux dernières plantes aromatiques ainsi que la racine d’aunée faciliteront l’évacuation des sécrétions.

Des plantes émollientes de la muqueuse respiratoire réduiront l’inflammation; que ce soit la racine de réglisse ou de guimauve. Finalement, en soirée ou en cas de quinte de toux incontrôlable, certaines plantes antitussives, comme le bourgeon de rosier, le thym (encore!) ou en très petite quantité, la lobélie, sauront calmer les spasmes respiratoires. Attention de ne pas abuser car la toux sert justement à évacuer les sécrétions.

Les solutions aromatiques

Les huiles essentielles sont des alliées incontournables pour soigner les infections respiratoires, quelles soient virales ou bactériennes.

De nombreuses huiles essentielles, aussi appelées essences aromatiques, possèdent des qualités complémentaires recherchées pour soigner une pathologie pulmonaire : antivirale, antibactérienne, anti-infectieuse, tonique immunitaire, mucolytique, expectorante et antitussive. Chaque huile essentielle nommée ici possède toutes ces propriétés!

  • L’eucalyptus officinal (Eucalyptus radiata)
  • Le ravintsare (Cinnamomum camphora cineoliferum)
  • Le niaouli (Melaleuca quinquenervia)
  • Le romarin officinal (Rosmarinus officinalis cineoliferum)
  • Le sapin baumier (Abies balsamea)

Ces essences pourront être diffusées, 15 à 20 minutes, 3 à 6 fois par jour dans la pièce principale où se repose le malade. De plus, l’application d’une quinzaine de gouttes dans ½ cuillère à thé d’huile à massage sur le thorax ou le haut du dos permettra une pénétration transcutanée des molécules volatiles et une action locale amplifiée. Cette routine peut être fait 3 à 5 fois par jour, selon la sévérité des symptômes.

Prendre un bain chaud permet d’humidifier les voies respiratoires et ainsi réduire l’inflammation, la congestion et la toux. Par contre, l’ajout d’huiles essentielles dans le bain n’est pas favorable à tous étant donné la sensibilité de la peau exacerbée dans un bain chaud. Afin d’être certain de ne pas vivre d’inconforts cutanés à la suite d’un bain aromatique, il est mieux de faire fonctionner le diffuseur dans la salle de bain avant ou pendant la période de détente et d’appliquer l’essence souhaitée seulement sur la région pulmonaire après le bain. De cette façon, certaines muqueuses sensibles n’auront pas à être mises en contact avec les molécules aromatiques, quelques fois irritantes.

Si une quinte de toux s’installe, une goutte de menthe poivrée sur la langue rafraîchira immédiatement une gorge inflammée et douloureuse. À répéter aux heures si le besoin reste présent, pour quelques jours seulement.

Une autre voie

Puisque le 2/3 de ce qui s’absorbe par le rectum se dirige directement aux poumons, nous comprenons alors l’utilisation bienfaisante des suppositoires aromatiques en cas de pathologie pulmonaire. S’il vous est impossible d’en acheter, vous trouverez en boutique spécialisée des moules à suppositoires et du beurre de cacao biologique pour en faire vous-même. Dans ce beurre fondu au bain-marie, vous pourrez ajouter 10% d’une huile essentielle proposée ci-haut. Ainsi, pour fabriquer six suppositoires de 2 ml (total de 12 ml), vous aurez besoin de 1.2 ml d’huile essentielle (36 gouttes) et 10.8 ml de beurre de cacao fondu. Les suppositoires seront conservés au frais et insérés matin et soir, avec un protège-dessous.

En cas de bronchite chronique, n’attendez pas le prochain épisode et commencez dès le début de l’automne à renforcir vos poumons et réduire la stagnation de sécrétions inflammatoires. Pour cela, l’application d’une dizaine de gouttes d’huile essentielle de pin blanc (Pinus strobus) ou de sapin baumier (Abies balsamea), 1 à 2 fois par jour pourrait vous sauver d’une prochaine infection ou, du moins, la raccourcir!

Afin de sélectionner les plantes médicinales et les huiles essentielles qui vous conviennent, le mieux est de consulter un naturopathe et/ou Herboriste-thérapeute accrédité. Bonne guérison!

 

Extrait du Magazine VIVRE

 

Téléphone: 450-991-3003
Fax:
25 rue Saint-Joseph
Canada, J2G 6T5, Granby