La cure, un cadeau à offrir à notre corps

Votre niveau d’énergie est excellent? Vous n’avez aucune maladie et vous maintenez votre poids santé? Sachez que la cure est tout à fait indiquée pour vous! N’attendez surtout pas que la maladie se pointe avec son lot de fatigue. Si elle vous pend déjà au bout du nez, n’attend pas une journée de plus; c’est demain que l’on commence!

La majorité des gens prennent davantage soin de leur voiture que de leur corps. Ils font des vérifications régulières et effectuent les changements d’huile sans presque dépasser la date ou le kilométrage recommandé. Ils s’assurent que le garagiste y mette une huile à moteur de haute qualité tout en sachant que dans plus ou moins 5000 km, l’huile sera chargée de déchets et devra être à nouveau changé pour ne pas user prématurément le moteur. Et qu’en est-il de votre sang? Malgré tous les bons aliments (sans compter les mauvais) que nous mangeons au cours d’un certain temps, notre corps demande lui aussi son « changement d’huile ». Soyez aussi vigilent qu’avec votre voiture; n’attendez pas que votre moteur s’encrasse et de tomber en panne !

Au secours… j’ai faim!

Le plus grand inhibiteur de la motivation de la cure est notre mental. Lui aussi va se faire nettoyer pendant la cure et ça ne lui fera pas de tord! Il ne faut pas attendre de le convaincre; il faut l’essayer! Ne vous inquiétez pas; vous ne mourrez pas de faim pendant ces quelques jours de restriction alimentaire. Au contraire, vous serez plutôt fier (e) d’avoir résisté aux excès de gourmandises dictés par les émotions. Avoir faim n’est aucunement dérangeant. C’est plutôt les symptômes reliés à la désintoxication qui peuvent s’avérer inconfortables !

L’heure du grand ménage

Qu’arrive-t-il lorsqu’on s’embarque dans notre grand ménage printanier sans ouvrir les fenêtres? La poussière lève et on étouffe! Et bien, qu’arrive-t-il lorsque nous mangeons peu alors que notre corps nous envoie des signaux de faim? Il va chercher de l’énergie dans le « vieux stock » emmagasiné depuis de nombreuses années et remet alors de nombreux déchets dans la circulation sanguine et lymphatique. Un peu comme notre ménage printanier, il faut s’organiser pour ouvrir nos fenêtres à ce moment pour éviter d’avoir trop de symptômes de désintoxication. Ces symptômes sont souvent confondus avec ceux reliés à l’hypoglycémie alors qu’ils démontrent dans les deux cas une incapacité de notre foie à métaboliser nos réserves d’énergie : fatigue, maux de tête, étourdissement, nausées, tremblements, brûlements d’estomac, etc. Pour éviter cela, il faut ouvrir nos fenêtres; c’est-à-dire, maximiser le fonctionnement de nos organes éliminatoires : intestins, reins, peau et poumons. Ainsi, une bonne cure aura comme premier objectif de drainer vos émonctoires.

Combien de jours?

Certaines personnes commenceront par une journée de cure pour apprivoiser la routine. La semaine suivante, ils feront trois jours consécutifs. Par contre, c’est souvent après ces trois jours que notre corps commence réellement à se désintoxiquer. Passé ces trois jours, la cure devient souvent plus facile pour bon nombre de personnes. Pour obtenir de bons résultats, une cure doit durer de sept à dix jours.

Par quoi commencer?

Planifier votre cure du début à la fin. Si vous ne prévoyez que la date de départ en vous disant que vous verrez en cours de route, votre cure risque de ne pas faire long feu! Évitez une semaine où vous pourriez être très solicitée pour des repas ou des occasions. Même si vous pouvez très bien travailler et vous occuper des enfants durant cette semaine, il est bien de pouvoir prévoir des journées plus calmes et des moments privilégiés pour soi. Planifiez tout de suite des rendez-vous pour un massage, drainage lymphatique, irrigation colonique ou de simples siestes, marches en forêt, cours de yoga, moments de lecture et de ressourcement.

Préparer votre matériel

Selon le type de cure que vous choisissez de faire, vous aurez besoin d’un minimum de suppléments et d’un maximum de légumes! Il faut toujours penser à faire fonctionner vos organes éliminatoires : si le vieux « stock » reste en dedans, la cure sera plus difficile et moins efficace. Assurez-vous d’avoir sous la main un mélange de fibres tel que du psyllium et/ou de l’orme rouge, des tisanes ou des suppléments laxatifs doux et de la chlorophylle liquide. Des plantes nettoyantes telles que le pissenlit, le trèfle rouge, la bardane, le romarin et beaucoup d’autres peuvent être prises en tisane ou en concentré liquide. C’est à ce moment qu’un herboriste peut vous guider dans vos choix, surtout si vous prenez des médicaments. En général, ces derniers ne seront pas éliminés durant votre cure. Certains sont essentiels pour maintenir plusieurs fonctions. Parlez-en à votre naturopathe ou pharmacien pour bien vous guider sur ce sujet.

Quelle cure?

Le choix des cures est infini. Choisissez des aliments que vous aimez. Vous pouvez choisir de faire une mono-diète; c’est-à-dire que vous ne consommerez qu’un seul aliment durant votre cure. Par exemple, la cure de raisin est très populaire en France mais pourquoi ne pas faire une cure de pommes ou de bleuets au Québec? On leur vante tellement de bienfaits! Si vous désirez avoir une cure plus diversifiée, les fruits et les légumes demeurent un excellent choix. Tous les autres aliments seront à éviter pour maximiser les résultats : viandes, céréales, noix et bien entendu, les desserts, le café, le chocolat et tout autre aliment non nécessaire à votre santé.

Voici un plan de cure simple à réaliser :

Au lever et au courant de toute la journée:

– boire du liquide (eau, tisane nettoyante ou chlorophylle)
– Prendre les fibres avec un peu d’eau et de jus

Au déjeuner :

– Un ou deux fruits

En avant-midi :

– Jus de légumes maison ou crudités ou fruits

Au midi :

– Une belle grosse salade avec beaucoup de légumes différents (entre 6 et 10) : mesclun, épinards, bette à carde, roquette, persil, différents choux, fenouil, légumes râpés tels que la carottes, la betterave, le céleri-rave, le panais, le navet, le rutabaga, les courges, le radis noir et tellement d’autres! Pour vinaigrette, faites un mélange d’huile d’olive extra-vierge avec un peu de jus de citron ou de vinaigre de cidre de pomme. Ajoutez-y de l’ail et des fines herbes de votre choix.

En après-midi :

– Jus de légumes maison ou crudités ou fruits

Au souper :

– Une bonne soupe aux légumes, préparée par vous-même. Sous forme de minestrone ou de potage, l’important est d’avoir un grand nombre de légumes. Évitez d’y ajouter des pâtes ou de la farine.

En soirée :

– Une tisane thérapeutique de votre choix.
– Prendre les fibres avec un peu d’eau et de jus.

Bonne Cure!

 

Tiré du Magazine VIVRE

Téléphone: 450-991-3003
Fax:
25 rue Saint-Joseph
Canada, J2G 6T5, Granby