Déprime… quand tu nous tiens!

Les symtômes rencontrés sont ceux de tout épisode dépressif: tristesse permanente, à son apogée le matin, perte d’intérêt pour quoi que ce soit, irritabilité, troubles du sommeil, perte ou gain de poied, voire pensées suicidaires.

Certaines personnes auront tendance à l’hypersomnie (trop dormir), ou à la boulimie (trop manger), ou les deux. Elles seront alors attirées par les sucreries et auront tendance à grossir au cours des mois d’hiver, ce qui n’aidera en rien leur moral.  Elles auront également tendance à une accentuation de leur tristesse dans la soirée.

Dépression ou « coup de blues »?

La dépression saisonnière doit être distinguée du « coup de blues » de l’hiver que la plupart d’entre nous ressentent de temps en temps. Dans ce cas, les symptômes dépressifs légers ressentis de nous empêcheront pas de continuer à assumer nos activités quotidiennes. Par contre, les victimes de la dépression saisonnière seront plus fortement handicapées dans leur vie courante, leur travail et leurs relations avec les autres. Voici différentes solutions pour soigner ou mieux encore prévenir la déprime afin qu’elle ne vienne plus jamais assombrir cette symphonie de couleurs propre à l’automne québécois.

Solutions naturopatiques par Véronik Tanguay

Plusieurs facteurs peuvent être précurseurs d’une dépression. Tous les outils disponibles pour nous accompagner lors de cette période difficile seront d’une grande utilité. En lien avec un soutien psychologique, l’aspect physique n’est non négligeable.

Un facteur méconnu est la responsabilité de notre deuxième cerveau vis-à-vis notre bien-être mental. Notre deuxième cerveau? En effet, ce second cerveau qui a une influence directe sur notre mental n’est d’autre que notre système intestinal. Un peu bizarre que cela puisse paraître, il dorénavant prouvé que notre système intestinal possède une certaine indépendance et un pouvoir de contrôle et qu’il peut affecter positivement ou non, le fonctionnement de notre cerveau mental.

Notre flore digestive contient dix fois plus de bactéries que nous avons de cellules dans notre corps. Ces bactéries permettent l’assimilation des nutriments et la création de d’autres éléments nutritifs nécessaires à notre bien-être. Ainsi, cette populaire flore se développe et se construit selon ce que nous lui offrons pour se nourrir. Une flore nourrie de viande, de produits laitiers, d’aliments transformés et surcuits, de mauvais gras, de sucre blanc nourrissent une flore pathogène produisant des déchets intoxicants et causant éventuellement une dysbiose, c’est-à-dire un déséquilibre de notre fragile flore digestive. Et ces dommages se répercuteront directement sur notre bien-être physique ET mental.

Prendre des probiotiques peut temporairement apporter un bien-être mais ce ne sont malheureusement pas ces bactéries-là qui s’établiront pour toujours dans notre intestin. Notre flore digestive est aussi personnelle que notre empreinte digitale. Nous devons fournir les aliments de base essentiels à la reproduction des bactéries essentielles primaires nous donnant accès à une flore saine et équilibrée : fruits, légumes, graines, noix, algues, germinations et pousses seront parmi les plus importants. Pour accélérer le processus de transformation intérieure, des irrigations coloniques permettront d’éliminer plus rapidement l’acidité contenue dans notre colon et du même coup, permettre un rétablissement accéléré d’une flore saine et d’un bien-être mental.

Une fois ces démarches entamées, certaines plantes médicinales apporteront un réconfort physique et mental pour vous offrir des résultats plus rapides. Elles seront choisies par votre herboriste-thérapeute selon leurs affinités reliées aux symptômes de la dépression en les alliant, au besoin, avec les suppléments ou médicaments prescrits. L’avoine, le millepertuis, l’agripaume, la verveine bleue, la mélisse, le basilic sacré, la scutellaire, la camomille et la bourrache ne sont que quelques exemples de tout l’arsenal médicinal s’offrant à nous. Ces plantes peuvent contribuer à apporter la motivation nécessaire pour se diriger vers une alimentation saine, faire de l’exercice, s’oxygéner et prendre du soleil quotidiennement; tout cela pour un retour vers l’équilibre rapidement!

Solutions aromatiques par Mikaël Zayat

Il peut arriver à tous de se sentir dépassé par un stress élevé ou tout simplement par les événements du quotidien. Il peut s’agir d’une période de notre vie où tout perd son sens, même notre chemin de vie. La solitude, malgré la présence des autres, nous isole dans la douleur.

Certaines essences aromatiques, dont le nard de l’Himalaya (Nardostachys jatamansis) peut être d’une grande aide. Cette huile précieuse, citée dans la Bible, a accompagné Jésus dans des moments très difficiles. Ainsi, le nard nous éloigne de la solitude puisqu’il nous fait sentir présent et bien avec nous-mêmes. Il est possible de le mélanger avec de la pruche puisque cette essence nous procure un réconfort et un alignement unique. Daniel Meurois et Anne Givaudan, dans leur livre Chronique d’un départ, mentionnent l’utilisation de la pruche lors de grands passages, peu importe soient-ils : « L’essence de ce grand conifère facilite considérablement la libération de toutes les énergies mentales crispées. C’est une huile de transition au sens premier du terme car elle tend à ouvrir les portes supérieures des corps subtils. On l’utilise en petite quantité à la plante des pieds ou sur le chakra laryngé. »

Dans ces moments de transition, nous cherchons la lumière. En fait, ce n’est pas à l’ombre de partir mais seulement à la lumière d’entrer. Le simple fait d’ouvrir une porte peut éclairer toute une pièce assombrie. Ainsi, depuis des millénaires, nous fêtons le solstice d’hiver qui marque le retour de la lumière. Cette lumière s’offre à nous par certaines plantes l’ayant accumulée lors du solstice d’été. En effet, chaque fleur de millepertuis (Hypericum perforatum) est une réserve d’énergie solaire qui sera macérée dans une huile végétale de haute qualité pour en faire une huile de massage thérapeutique. Non contre-indiquée avec toute forme de médication, cette macération sera appliquée en massage le long de la colonne vertébrale pour renforcir le système nerveux. Libre à vous d’y incorporer quelques gouttes de nard et de pruche pour en bonifier son effet.

Dans certains cas, la dépression nous mène à l’épuisement physique. Elle peut être causée par une surcharge de travail, le trop-plein du quotidien ou tout simplement le manque de luminosité, d’exercice, de repos et d’oxygène. L’essence d’épinette noire (Picea mariana) est une grande alliée pour recharger nos glandes surrénales qui ont été trop sollicitées et qui n’arrivent plus à assurer le quotidien. Cette huile essentielle, produite au Québec, sera massée à raison d’une quinzaine de gouttes au milieu du dos à tous les matins. Vous pouvez aussi en ajouter en milieu d’après-midi, période où la production de cortisol est à son plus bas.

Plusieurs autres essences sont un rayon de soleil lors de périodes difficiles : la verveine odorante (Lippia citriodora), la litsée citronnée (Litsea cubeba), la lavande vraie (Lavandula angustifolia), la rose de Damas (Rosa damascena), le sapin baumier (Abies balsamea), la mandarine (Citrus reticulata) ne sont que quelques exemples. Mettez deux ou trois gouttes dans vos mains et prenez le temps de respirer l’énergie d’amour qu’elles dégagent. Ces huiles, utilisées dans la conscience et la constance sauront vous réconforter.

Extrait tiré du Magazine VIVRE

Téléphone: 450-991-3003
Fax:
25 rue Saint-Joseph
Canada, J2G 6T5, Granby