Constipation…s’en libérer une fois pour toutes!

Constipation…s’en libérer une fois pour toutes!

La constipation est beaucoup plus fréquence qu’on peut s’imaginer. Les gens pensent généralement qu’aller une fois par jour à la selle est suffisante mais c’est rarement le cas. Si chaque repas prend entre 18 à 24 heures avant de s’évacuer, comment se fait-il que deux repas attendent le troisième avant de sortir ?

 

Pour évaluer s’il y a constipation, il faut prendre quelques minutes pour voir ce qui est sorti… Y a-t-il assez de selles pour équivaloir à la quantité de nourriture ingérée à un repas ? Idéalement, les selles doivent être formées mais souples, d’une bonne longueur et non collantes. Un papier de toilette très sale signifie des selles mucoïdes et collantes, possiblement causée par une alimentation riche en blé, en produits laitiers et/ou en sucre. Des selles dures, en forme de boules ou une alternance entre la constipation et la diarrhée sont aussi des signes de mauvaise élimination pouvant affecter la flore intestinale et du même coup, la qualité d’absorption des nutriments.

 

La première action à prendre, simple et accessible, est de boire plus d’eau. Si le corps est déshydraté, il ira récupérer l’eau dans le colon et réduira les selles à de petites boules compactes et sèches, difficiles à évacuer.

 

Ensuite, il faut ajouter des fibres non solubles dans l’intestin afin de nourrir nos précieuses bactéries qui digèrent en partie ce que nous mangeons, permettent aussi l’assimilation des éléments nutritifs et la conservation d’une muqueuse digestive intacte. Les meilleures fibres ne sont pas celles contenues dans les produits à base de farine de blé mais plutôt dans les fruits, les légumes, les légumineuses et les grains entiers. Le problème principal de la farine est sa capacité à se transformer en colle et du même coup, à rendre les selles collantes. C’est un truc facile à faire à la maison pour le bricolage des enfants : de la farine et de l’eau et hop, on obtient une super colle ! Imaginez lorsque ça circule dans votre tube digestif !

 

Ensuite, certaines personnes bénéficieront de certains types de laxatifs de manière occasionnelle ou régulière :

Des plantes mucilagineuses (donc gluantes !) pour lubrifier les intestins et permettre aux selles de mieux glisser vers l’extérieur : les graines de lin et les graines de chia (idéalement broyées pour absorber les bons gras et les protéines à l’intérieur), l’orme rouge en poudre et la racine de guimauve en décoction offriront ces bénéfices.

Des laxatifs de lest, augmentant le volume des selles, telles les fibres solubles permettront de compenser le manque de fibres alimentaires et de faire des selles suffisamment denses pour favoriser le péristaltisme naturel et donc l’élimination des déchets. Le psyllium, seul ou en combinaison avec d’autres plantes est le plus populaire. Pour optimiser ses fonctions, il faut boire un grand verre d’eau lors de son ingestion.

Pour d’autres personnes, des laxatifs osmotiques permettront d’attirer l’eau dans les intestins afin d’humidifier les selles. Le jus de pruneau et le chlorure de magnésium auront cet effet.

Dans les plantes médicinales, outre les plantes lubrifiantes, les plantes amères stimulent les sucs digestifs dont la sécrétion de bile qui a un effet laxatif. Elles seront souvent prises sous forme de teinture due à leur goût amer et difficile à boire en tisane. L’artichaut et la gentiane sont d’excellents choix.

Pour leur part, les laxatifs stimulants seront à utiliser le moins souvent possible et en dernier recours. Mieux vaut aller vers le séné ou la bourdaine que le cascara qui peut créer une accoutumance chez certaines personnes. Avec ce type de laxatif, on prend une tisane concentrée le soir et on élimine le lendemain.  De manière générale, mieux vaut prévenir et voir quotidiennement à notre élimination car si notre cerveau est définitivement un organe vital dans notre corps, il aura les idées brouillées si l’intestin a la porte fermée !

En aromathérapie, certaines solutions peuvent être appliquées pour favoriser le transit intestinal mais surtout pour réduire les effets secondaires liés à la constipation, tels les gaz, ballonnements ou crampes abdominales. Des essences digestives et carminatives pourront être prises à raison d’une à deux gouttes sur la langue après les repas. Le basilic exotique, l’anis étoilé, l’anis vert et le fenouil doux sont des essences qui réduisent les inconforts digestifs et facilitent l’évacuation des gaz.

L’effet le plus important en aromathérapie pour soigner la constipation est le massage effectué sur l’abdomen dans le sens des aiguilles d’une montre.  Les essences les plus efficaces pour contrer la constipation sont la marjolaine à coquilles et le romarin officinal à cinéole, ensemble ou séparément.  Le poivre noir peut être ajouté pour stimuler le péristaltisme de même que le fenouil doux.

Philippe Mailhebiau, auteur français reconnu dans le domaine de l’aromathérapie, propose un mélange de menthe poivrée, d’écorces de cannelle de Ceylan, de pin sylvestre et romarin à cinéole, même lorsque la constipation est due à un blocage émotionnel ou psychologique.  Il affirme que l’essence d’écorces de cannelle de Ceylan est un excellent stimulant gastro-intestinal qui résorbe les flatulences et encourage un mouvement intestinal régulier.  Pour de bons résultats, il sera mieux de prendre une goutte sur la langue et éviter de l’appliquer sur l’abdomen à cause de sa forte dermocausticité. Pour ces mêmes raisons, cette essence sera à privilégier pour les adultes seulement.

 

Voici d’autres exemples de recettes citées dans la littérature pouvant favoriser un mouvement intestinal régulier :

 

En massage :

HE Gingembre : 1 goutte

HE Basilic exotique: 1 goutte

HE Marjolaine des jardins : 1 goutte

HE Pin maritime : 1 goutte

Huile à massage : ½ c. à thé

Appliquez cette formule sur le ventre et dans le bas du dos, en massage, 3 fois par jour pendant 1 semaine et observez si les résultats sont positifs sur vous.

 

À avaler :

HE Estragon : 1 goutte

HE Basilic exotique : 1 goutte

HE Pin maritime : 1 goutte

HE Gingembre : 1 goutte

Mettre les gouttes dans ½ c. à café d’huile d’olive et prendre une fois à jeun le matin et une seconde fois après le repas du dîner ou du souper. Notez les résultats après une semaine et poursuivez si cette formule vous convient bien. Idéalement, prendre une pause d’une journée par semaine.

 

Voici une autre formule aromatique qui permet de varier le choix des essences :

HE Citron jaune : 5 ml

HE Romarin officinal à cinéole: 4 ml

HE Marjolaine des jardins : 3 ml

HE Orange amère, zeste: 3 ml

 

Après avoir mélangé les huiles essentielles ci-dessus, mettre 3 gouttes sous la langue, le matin à jeun. Prendre une cuillère à table de jus de citron frais pressé dans lequel vous ajouterez 1 cuillère à thé d’huile d’olive biologique.

 

Extrait du Magazine VIVRE

Téléphone: 450-991-3003
Fax:
25 rue Saint-Joseph
Canada, J2G 6T5, Granby