Les reflux, quand le feu est pris!

Le problème de reflux gastro-œsophagien est de plus en plus commun. Même les bébés en souffrent et ce, dès leur naissance. Il peut, bien souvent, s’agir d’intolérances ou d’allergies alimentaires face à ce que la mère mange ou au lait maternisé. Par Véronik Tanguay, ND, Hta

Chez l’adulte, plusieurs facteurs peuvent être mis en cause. Une hernie hiatale, le stress, un surpoids, une consommation abusive de breuvages irritants comme l’alcool, le café ou les boissons gazeuses de même qu’une consommation excessive de sucre, incluant les féculents et les aliments raffinés sont une première piste. Des intolérances alimentaires, particulièrement en lien avec le gluten et les produits laitiers peuvent aussi être en cause.

Lorsqu’un problème de reflux gastro-œsophagien apparait, on a vite tendance à blâmer une sur-acidité de l’estomac. Par habitude, les gens consommeront des anti-acides, amenant alors un soulagement que temporaire. Il est évident que toute quantité d’acide rentrant en contact avec la muqueuse fragile de l’œsophage va automatiquement provoquer des brûlures. Si nous annulons une partie des sécrétions gastriques au travers des anti-acides, il est clair que l’on va diminuer les brûlures. Mais le problème n’est pas là, l’estomac a absolument besoin d’un environnement acide, tant pour bien digérer les aliments que pour faire une barrière aux parasites et bactéries pathogènes. S’il est normal que l’estomac soit acide, il faut se poser la vraie question : pourquoi le sphincter œsophagien inférieur laisse-t-il remonter le contenu acide de l’estomac ?

Le médecin Jonathan Wright, dans son livre Why Stomach Acid Is Good for You (“Pourquoi l’acidité de l’estomac est bonne pour vous”) explique que 90% de ses patients souffrant de reflux sont dans des conditions d’hypochlorhydrie.

C’est donc, au contraire de ce que la majorité des gens pensent, une sous-activité du système gastro-intestinal qui est à blâmer. Le stress est bien souvent en cause car sous influence de l’adrénaline, le système gastro-intestinal fonctionne au ralenti. Les organes digestifs primordiaux sont moins bien alimentés et l’estomac ne secrètera pas assez d’acide pour permettre une digestion efficace.

Avec ce manque d’acide chloridrique, la nourriture stagne dans l’estomac ; des bactéries s’installent et ont le temps de produire une grande quantité de gaz (une acidité normale empêche la survie de la plupart des bactéries). Ce gaz comprime le sphincter œsophagien inférieur qui probablement manque lui aussi de tonus (toujours à cause du stress chronique). Ajoutons à ceci une alimentation propice à la création de gaz, nous avons devant nous les conditions idéales pour l’apparition du reflux gastrique. Sous la pression du gaz, et à cause du manque de tonicité, le sphincter va laisser remonter l’acide.

Les stratégies à adopter ?

  1. 1.Retonifier le système gastro-intestinal
  2. 2.Limiter la formation de gaz
  3. 3.Soulager les brûlures

Un suivi avec un professionnel vous permettra d’identifier plus facilement les causes, de trouver les intolérances alimentaires et de proposer un protocole de guérison personnalisé selon vos besoins. Merci à Christophe Bernard, herboriste français, pour le partage de ses connaissances sur la matière venu en formation continue au Québec en avril 2017.

 

Solutions aromatiques

 

Le problème de reflux gastro-œsophagien peut être soulagé avec un grand nombre d’essences aromatiques.

Pour les bébés souffrant de reflux acide, je propose souvent cette formule que j’ai nommée Bedondou qui contient des essences aromatiques de fenouil, de lavande vraie et de camomille noble dans une base d’huile aux fleurs de millepertuis. Cette formule sera massée sur la région de l’estomac du petit bébé afin de réduire les spasmes digestifs causant une remontée de l’acidité dans l’œsophage et créant alors des inconforts qu’il manifestera rapidement !

Pour le bébé comme pour l’adulte, l’essence de fenouil doux est digestive et est un excellent antispasmodique. Pour sa part, la lavande agit aussi comme antispasmodique, calmante et anti-inflammatoire. Finalement, la camomille noble permet de détendre les régions digestives tout en les accompagnant dans leur travail, sans compter ses autres propriétés connexes aux autres essences de la formule.

Comme le propose ma collègue Véronik, certaines essences amères peuvent aussi augmenter la sécrétion des sucs digestifs pour ainsi faciliter la digestion et limiter la stagnation des aliments dans l’estomac, causant alors fermentation et pression du sphincter. Dans les essences amères comportant des qualités digestives, j’adore proposer les agrumes qui, en plus, sont calmantes. Leur essence provient du zeste ; c’est pourquoi nous y retrouvons l’amertume de la pelure. Le citron jaune, le pamplemousse, l’orange amère et la mandarine seront à essayer. Une seule goutte sur la langue, quelques minutes avant le repas, est suffisant.

Dans la majorité des cas, la menthe poivrée ou la menthe des champs seront proscrites puisque les menthes, malgré leur qualité digestive, tendent à augmenter les symptômes de reflux. Il sera mieux de privilégier les essences digestives d’anis et de fenouil ; s’il vous est impossible d’avoir des graines sous la main pour terminer chaque repas, la petite bouteille d’essence digestive peut vous suivre partout et se prendre à tout moment afin de vous garantir une meilleure digestion !

Extrait du Magasine VIVRE

 

 

 

 

academie-jardin-de-vie