De la survie... à la vie!

La naturopathie est une médecine naturelle qui mise avant tout sur la stimulation des mécanismes naturels d’autoguérison du corps. Le naturopathe voit le corps humain dans son intégralité ; il ne cherche pas à isoler les symptômes d’une maladie et à n’observer que le système ou l’organe présentant un déséquilibre. Par Véronik Tanguay, ND, Hta

 

La naturopathie nous vient d’Hippocrate – le père de la médecine occidentale – et de sa doctrine développée il y a près de 2 500 ans et fondée sur le pouvoir de guérison de la nature. Cette approche des soins de santé vise à atteindre l’équilibre des fonctions naturelles du corps en utilisant des moyens non invasifs.

 

Les symptômes de la maladie sont considérés comme des signaux d’alarme se voulant une réponse du corps quelques fois reliés à des habitudes de vie malsaines. Dans un effort pour rétablir la santé, la naturopathie se concentre sur la cause de ces symptômes plutôt que les symptômes eux-mêmes. Le but est donc d’éliminer d’abord la cause pour éliminer ensuite les symptômes.

 

Les naturopathes prennent soin de comprendre la personne sur tous les plans à savoir son état physiologique, psychologique, son milieu environnemental, social et spirituel. Il guide son client sur la voie de la guérison et l'aide à préserver sa santé de façon naturelle. La naturopathie invite les gens à comprendre le fonctionnement de leur corps ainsi que la cascade de symptômes que peut provoquer un seul déséquilibre. Les changements se font graduellement, afin que de saines habitudes de vie soient instaurées pour toujours. Les facteurs naturels de santé sont mis de l’avant afin que tous comprennent que nous ne faisons qu’un avec la nature : le soleil, l’air pur, l’eau de qualité, l’alimentation non raffinée, l’exercice et le repos.

Parmi les outils privilégiés de la naturopathie, on retrouve, entre autres, la phytothérapie, la nutrition, l’homéopathie, l’aromathérapie, les manipulations physiques, les techniques de gestion du stress et bien d’autres selon les spécialités ou intérêts de chaque naturopathe.

 

Consultation en prévention

La naturopathie vous donne un certain recul et une perspective aux raisons pour lesquelles vous pouvez éprouver des symptômes fréquents ou des problèmes de santé. Elle vous amène à traiter ces questions de manière proactive, les empêchant de s’aggraver ou de dégénérer en de plus grands défis pour la santé ou encore en une situation critique pour la vie.

Son but ultime est de vous informer sur les composants essentiels de la santé ainsi que sur leur rôle stratégique pour l’assimilation et l’utilisation adéquate des éléments nutritifs de même que pour l’élimination des déchets. Vous apprendrez ainsi à atteindre et à maintenir la santé cellulaire, et par conséquent, un corps et un esprit sains et alcalins. Elle vous permet de goûter la vie et de ne pas tomber en état de survie. Si cet état venait à s’installer, la naturopathie peut vous aider si ce n’est à inverser votre état de santé, sinon à préserver ce qui peut l’être ou, tout au moins, à aider à apaiser vos symptômes pour tenter de rétablir une qualité de vie.

 

En état de survie, la naturopathie cible les facteurs perturbants et propose des outils applicables à tous et chacun afin de favoriser le retour à l’équilibre. Lors la rentrée, il importe de ne pas surcharger l’horaire afin de se donner le temps de s’accoutumer à cette nouvelle routine. Gardez-vous un peu de temps la fin de semaine pour bouger en famille et planifier quelques repas et collations de la semaine à venir. Cela allègera les soirées et vous pourrez avoir plus de temps de qualité en compagnie de vos enfants. Gardez au frigo des crudités prêtes à servir au retour de l’école afin d’éviter que les enfants ne consomment trop de féculents sucrés. Ayez toujours une variété de fruits afin d’offrir de beaux plateaux de fruits au déjeuner ou en collation, peut-être accompagnés d’une trempette de beurre de noix de votre choix. C’est simple et rapide, beaucoup plus qu’une recette de biscuits à cuisiner !

 

Finalement, préparez-vous à la fraîcheur des mois d’automne et munissez-vous en prévention de probiotiques, de teinture végétale d’échinacée et d’essence aromatique de sapin baumier ; cette dernière pourra être diffusée tous les soirs afin d’éviter la prolifération bactérienne lorsque nous fermons les fenêtres par temps plus froid et pour tonifier le système immunitaire. Pour les enfants, des tisanes de camomille ou de cataire les apaiseront en soirée afin de rétablir une heure de dodo plus hâtive, réduire leur excitation et faciliter leur endormissement. Évidemment, n’hésitez pas à siroter une tasse vous aussi !

 

 

L'apport de l'aromathérapie

 

L’aromathérapie est une médecine d’urgence absolument fabuleuse! Sa rapidité d’action est phénoménale. Telle une lance, l’aromathérapie est la pointe de fer qui, choisie avec justesse, saura agir justement et promptement. En un court laps de temps, l’aromathérapie peut nous faire passer de l’état de survie à celui d’être en vie.

 

L’aromathérapie est plus qu’une science avec son langage de molécules et de principes actifs. C’est un cadeau offert par les végétaux que les hommes et les animaux utilisent depuis la nuit des temps pour se soigner pour tous les aspects de l’être, tant physique que spirituel. Il n’y a pas de date précise où l’homme a commencé à se servir des plantes pour se guérir; il n’a longtemps fait qu’un avec le monde végétal. À l’inverse, il est plus facile de cerner une période, assez récente, où l’homme a arrêté d’utiliser les herbes médicinales pour soigner les malaises du quotidien.

 

Depuis toujours, les amérindiens utilisaient les branches de conifères pour tapisser le sol de leur tee-pee dans le but de limiter la prolifération des champignons. Plusieurs années plus tard, il fut confirmé que les branches de thuya, communément appelées au Québec « cèdre », possèdent des propriétés antifongiques. De plus, d’autres plantes aromatiques étaient présentes dans leurs cérémonies ou « sweatloge » pour purifier tant le corps que l’esprit.

 

Bien que beaucoup d’études fussent d’abord faites en Europe, nos ancêtres utilisaient intuitivement ces trésors de la nature. Nos grands-parents, et encore aujourd’hui, mettaient leurs écorces d’oranges (rares furent-elles!) dans les flammes pour humer leurs arômes relaxants! Souvenez-vous du chaudron sur le poêle à bois où l’on y déposait des branches de sapin pour agrémenter l’odeur de la maisonnée!

 

Mais d’où provient ce terme communément utilisé « huile essentielle »? Ce précieux liquide aromatique n’est ni huileux ni essentiel à notre reproduction humaine. C’est pourtant l'appellation officiellement reconnue par les aromathérapeutes. Tout comme Jean Valnet, aromathérapeute de renommée mondiale et auteur, j’utilise deux appellations pour décrire le même produit : huile essentielle et essence aromatique. J’ai tout de même une préférence à utiliser le terme « essence aromatique » qui décrit exactement ce qui est extrait des poches à essence, c'est-à-dire les molécules aromatiques.

 

Au départ, la plante produit des essences aromatiques pour se défendre ou attirer certains insectes, champignons ou autres éléments de la nature. Grâce à différentes méthodes d’extractions, nous récoltons ce précieux liquide aromatique pour fortifier nos défenses naturelles et permettre à notre corps de rétablir l’équilibre. Les essences aromatiques possèdent chacune plusieurs propriétés et peuvent avoir une action directe ou indirecte sur tous nos systèmes corporels; que ce soit sur un pathogène (microbe, virus, bactérie, parasite, etc.), un muscle ou un organe en le décontractant ou le tonifiant; sur le système nerveux, en le relaxant ou l’énergisant; sur la peau en favorisant une cicatrisation; sur notre système glandulaire en apportant équilibre et décongestion; sur notre système digestif en favorisant la sécrétion des sucs digestifs et tellement plus!

 

Ainsi, l’aromathérapie a la particularité d’offrir des résultats rapidement, que ce soit lors d’une situation de crise ou pour soigner un état plus chronique. La quantité impressionnante de molécules aromatiques se retrouvant dans une seule goutte d’huile essentielle permet des résultats quelquefois beaucoup plus rapides que la consommation de la même plante, sous une autre forme. Évidemment, cela revient au thérapeute de choisir la forme adéquate de la plante selon la pathologie et les particularités de chacun.

 

Si la rentrée vous rend dans un état de survie, je vous propose d’emblée l’essence aromatique de pruche du Canada. Cette dernière nous apporte le réconfort souhaité et nous amène à être présent en tout temps, nous permettant ainsi de faire un lâcher-prise. Pour bien en profiter, masser vos pieds de quelques gouttes à tous les matins afin de vous sentir bien enraciné. Durant la journée, n’hésitez pas à humer sa douceur à même vos mains ou appliquez quelques gouttes sur le cœur si ce dernier s’emballe. Finalement, calmez la surcharge mentale en diffusant la pruche en soirée ou appliquez une à deux gouttes sur le front et les tempes en vous mettant au lit. Pour les enfants, cette essence saura les accompagner à travers la nouvelle routine et l’adaptation que requiert un début d’année scolaire.

 

Une fois que les essences aromatiques sont intégrées dans notre quotidien, nous pouvons utiliser celles de notre choix lorsque nous nous sentons basculer vers l’état de survie. Il n’y a aucun doute pour moi; les essences aromatiques amènent la vie à circuler en nous et à notre essence personnelle d’être, tout simplement.

 

 

Extrait du Magazine VIVRE

 

 

academie-jardin-de-vie