Crise de panique... Désamorcer avant d'exploser!

Le stress, l’anxiété, l’insomnie et les crises de panique sont des problématiques à l’honneur de cette décennie. Doit-on seulement soigner le symptôme ou prendre le temps de se questionner sur notre mode et notre rythme de vie ? Par Véronik Tanguay, ND, Hta

 

Une crise de panique est un moment temporaire où notre cerveau semble avoir trop d’information à gérer. Des pensées souvent créées par notre mental qui anticipent tous les scénarios possibles de la journée, souvent les plus catastrophiques et les plus stressants. On cherche inconsciemment des solutions avant même que le problème ne survienne. Il y a de quoi paniquer !

Retrouvons la simplicité, l’utopie réalisable :

  • Des horaires simplifiés, chargés raisonnablement.

  • Être prévoyant et éviter d’être toujours à la course.

  • Prévoir du temps pour soi.

  • Revoir les priorités : est-ce vraiment urgent ? Y a-t-il raison de paniquer ?

  • Être moins exigeant envers soi-même et les autres.

  • Rire et rester dans la joie.

  • Voyez la vie simplement, avec les yeux d’un enfant.

 

À la rescousse !

Malgré vos bonnes résolutions, voilà une crise de panique qui immerge votre cerveau et paralyse votre corps d’adrénaline. RESPIREZ. Rien ne se règlera plus rapidement si vous ne retrouvez pas votre calme. Intégrer quotidiennement à votre vie la cohérence cardiaque ; un rythme d’inspirations et d’expirations sur cinq secondes chacun qui permet un retour à la normal de tous les cycles corporels ainsi qu’une diminution rapide de l’adrénaline. Prenez quelques gouttes de « Rescue », remède de secours composé d’élixirs des célèbres fleurs de Bach.

Prises de manière quotidiennes, plusieurs herbes contribuent à supporter le système nerveux et à réduire le stress l’impact du stress sur notre corps. L’avoine fleurie, la scutellaire et la mélisse sont douces mais très efficaces tout en n’ayant peu ou pas de contre-indications. Buvez-les en infusion, séparément ou ensembles, à raison de 2 à 4 tasses par jour pour libérer l’anxiété et voir la vie avec plus de douceur et de simplicité.

 

Les solutions aromatiques

Un moment de panique peut survenir à tout moment, quelques fois plus fréquemment chez certaines personnes. En aromathérapie, plusieurs essences pourraient voler à votre secours en permettant de vous recentrer et de vous apaiser. Les odeurs qui vous sont le plus réconfortantes seront souvent celles qui vous offriront le meilleur soutient.

Pour ma part, j’ai une très grande affection pour la pruche, produite au Québec et le nard, provenant de la région de l’Himalaya. La pruche est un conifère dont le sommet est toujours dirigé vers l’est, nous indiquant l’orient et facilitant ainsi notre orientation. Lors d’un moment de panique, nous avons besoin de connaître notre direction et de trouver le sens.

J’adore allier cette essence forte mais emplie de douceur avec le nard. Extrait à partir de la racine, le nard enracine, recentre et permet d’être bien avec soi-même. Lors d’une situation d’urgence, les gens accourent dans tous les sens et ne savent plus quelle voie choisir. Avec le nard, je prends le temps de me centrer, de respirer et de trouver la voie.

 

Une fois, j’étais en voiture et j’avais appliqué du nard sur mon coeur. Je conduisais l’auto, j’étais seul mais j’ai senti une présence avec moi au point où j’ai même regardé en arrière afin de m’assurer que j’étais bien seul. Tout de suite, j’ai ressenti que cette présence était la mienne. Quel sentiment de bien-être; j’étais présent avec moi-même ! Cette présence réconfortante m’a amené la joie au cœur.

J’en ai créé une formule, nommée Nard et Pruche, qui pourra être massée sur le cœur, le plexus ou sous les pieds afin de se recentrer, s’enraciner et s’apaiser. Et surtout, prenez le temps d’inspirer profondément ses arômes afin de bien capter et ressentir tous les bienfaits qu’elle vous procurera.

 

Extrait du Magazine VIVRE, Mai 2017

 

 

academie-jardin-de-vie