Ah non! J'ai encore mal au ventre!

Le colon irritable est une “maladie” ou plutôt, un symptôme, qui englobe la majorité des désordres ou inconforts digestifs lorsqu’aucune autre maladie n’a été diagnostiquée. C’est le dernier choix lorsque rien n’est trouvé et que le patient souffre de douleurs digestives. Il se fera dire : « Vous avez un colon irritable. Il n’y a malheureusement rien à faire. Ne manger plus de fibres; que du pain blanc, du riz blanc et des légumes surcuits. Lorsque vous aurez trop mal, nous vous enlèveront le bout d’intestin trop inflammé. » Bel avenir en perspective!

Par Véronik Tanguay, ND, Ht-a

 

Heureusement, beaucoup de solutions existent! Même s’il convient de réduire momentanément les aliments riches en fibres, ces derniers pourront éventuellement faire partis à nouveau d’une alimentation diversifiée au fur et à mesure que le système digestif sera moins irrité. Pour cela, il faudra retirer de l’alimentation les agents qui agressent le tube digestif. Afin de personnaliser l’alimentation, il existe des tests d’intolérances alimentaires pour trouver les aliments causant une réponse immunitaire, différente chez une personne à l’autre. Toutefois, de manière générale, l’élimination complète pour trois mois du gluten et des produits laitiers offrent généralement de bons résultats. En effet, ces aliments augmentent l’inflammation dans le tube digestif, rendant ce dernier « à vif », incapable de tolérer la moindre fibre ou petite graine pouvant irriter sa paroi devenue hypersensible. La réduction de la consommation de sucre, amplifiant les fermentations digestives et de l’alcool, détruisant les bactéries de notre précieuse flore, permettront de meilleurs résultats.

Des plantes adoucissantes et cicatrisantes du tube digestif seront prises quotidiennement. L’orme rouge, la calendule, la camomille, le plantain et le jus d’aloès en sont quelques exemples. Les légumes cuits à la vapeur seront favorisés ainsi que les jus de légumes frais pressés afin de fournir au corps beaucoup de minéraux sans pour autant surcharger le tube digestif de fibres.

Les aliments fermentés seront mis à l’honneur. Majoritairement tous simples à faire chez soi, les légumes lactofermentés, le yogourt ou le fromage à base de noix fermentées, le kéfir, le kombucha, le miso et le kimchi seront introduits en alternance dans l’alimentation quotidienne. De plus, des bouillons de poulet maison seront bus à raison de deux tasses par jour. Ces bouillons, riches en collagène, contribueront à rebâtir la paroi du tube digestif. Pour faire un bon bouillon, conserver les os et cartilages de poulet, idéalement biologique (veau, bœuf et poisson auront un effet similaire) et utiliser la mijoteuse afin de préparer un bouillon qui infusera longtemps. Ajoutez-y des vos retailles de légumes : pelures de pommes de terre (riches en potassium), pelures d’oignon (riches en silice) et de nombreux autres légumes de votre frigo. Utilisez cette base de bouillon pour créer des soupes nutritives ou buvez-le tel quel en y ajoutant une cuillère de miso non pasteurisé, riche en probiotiques que le tube digestif raffolera.

Cette petite routine, implantée sur plus de 4 semaines, aura bien fait d’améliorer votre condition puis, de vous convaincre de poursuivre vos efforts!

 

Solutions aromatiques!

En aromathérapie, plusieurs huiles essentielles sont grandement efficaces pour soulager les crampes abdominales pouvant survenir à n’importe quel moment de la journée.

Plusieurs herbes aromatiques sont réputées pour supporter la digestion et agir comme antispasmodiques. Parmi elles, l’anis vert, le basilic exotique, le cumin, le fenouil et l’estragon arrivent au premier rang. Ces herbes contiennent des molécules apéritives, digestives, carminatives et antispasmodiques. De plus, toutes ces essences aromatiques sont simples à prendre : une goutte sur la langue après le repas ou lorsqu’un inconfort se fait sentir. Si vous n’appréciez pas le goût, une dilution à 20% dans une huile de massage neutre, telle une huile aux fleurs de millepertuis, pourra être massée sur toute la région abdominale afin de soulager les crampes inconfortables.

 

Afin d’améliorer la qualité de la flore digestive, des essences réduisant la putréfaction peuvent être ingérées. Ces essences sont généralement toniques du système immunitaire et permettent le contrôle des bactéries ou champignons nocifs présents dans le tube digestif. Heureusement, les huiles essentielles ne les tuent pas toutes! Les essences aromatiques sont des eubiotiques; c’est-à-dire qu’elles favorisent la vie en nous tout en empêchant la prolifération des bactéries pathogènes. Parmi elles, la cannelle de Ceylan (écorce ou feuilles), l’origan, la sarriette et le clou de girofle sont à privilégier. Prenez une goutte dans une cuillère d’huile d’olive, 3 fois par jour pour une durée de 3 à 4 semaines. Avant d’entamer un tel protocole, il est préférable de consulter un thérapeute avisé afin de s’assurer que ces essences n’ont aucune contre-indication sur votre état de santé.

 

Finalement, lorsque les crampes surviennent lors d’épisodes de stress, la lavande, le petit grain bigarade, la mandarine et la camomille noble ne sont que quelques exemples d’essences pouvant être massées sur l’abdomen en prenant soin de diluer 4-5 gouttes d’essences dans une cuillère à thé d’huile à massage. Prenez toujours le temps de masser dans le sens des aiguilles d’une montre et de respirer l’essence choisie au creux de vos mains afin que les molécules aromatiques puissent agir sur tous les facettes du malaise. Bonne détente!

 

Extrait du Magazine VIVRE 2016

 

academie-jardin-de-vie