Suis-je en train de me liquéfier?

Avec l'arrivée de l'été, on accueille aussi l'arrivée de la sueur... Mais lorsqu'elle devient abondante, est-ce simplement une question de météo ou se pourrait-il que quelque chose soit à corriger dans notre vie?

Par Véronik Tanguay, ND, Hta

 

En naturopathie, l’auto-intoxication est généralement pointée du doigt lors d’une transpiration abondante et malodorante. Toutefois, un certain dérèglement hormonal provenant de la glande thyroïde, du pancréas (diabète), des ovaires (ménopause) ou encore une période d’anxiété ou de stress peuvent également causer une transpiration anormale.

La transpiration est une façon pour notre corps d’éliminer certains déchets. Le liquide éliminé lors de la transpiration est principalement composé de lymphe. Cette dernière est un fluide plus abondant que le sang dans notre corps qui sert à transporter les éléments nutritifs aux cellules puis à les débarrasser de leurs déchets là où le sang ne peut se rendre. À certains endroits du corps et particulièrement au niveau des aisselles, nous retrouvons un grand nombre de ganglions de la taille d’un haricot ou plus petit, qui contiennent un nombre impressionnant de globules blancs. Avant de retourner dans le sang, la lymphe est purifiée en passant obligatoirement dans les ganglions où les macrophages se délecteront des virus, bactéries et autres pathogènes présents. La lymphe éliminée sous les bras par notre corps est une façon de la purifier et de lui permettre de se régénérer.

En action 

Pour éliminer ce problème de transpiration abondante et nauséabonde, il convient de favoriser le fonctionnement de tous nos organes éliminatoires autre que la peau : intestins, reins et poumons. Mieux ces organes éliminent nos déchets corporels, plus notre lymphe sera propre et moins notre peau aura de déchets à éliminer. De plus, leur bon fonctionnement permettra au foie d’être plus actif dans la gestion hormonale. Du même coup, les bouffées de chaleur liées à la ménopause et aux excès alimentaires seront moins intenses.

Pour favoriser le renouvellement de la lymphe, il importe de bien s’hydrater et de s’activer. Quelques séances de sauna permettront une sudation plus importante pour ainsi accélérer le nettoyage. De plus, des soins en drainage lymphatique, offerts par de nombreux massothérapeutes, faciliteront la purification de la lymphe. Limitez les aliments épicés et stimulants. Chez de nombreuses femmes vivant des bouffées de chaleur reliées à la ménopause, le café, l’alcool, le sucre et le stress ne font qu’empirer la problématique. D’un autre côté, l’exercice, le repos, une alimentation riche en fruits et légumes et pauvre en aliments raffinés permettent de conserver un sang et une lymphe plus propre. Des tisanes d’achillée millefeuille, de monarde, de cataire, de sauge officinale et de fleurs de sureau faciliteront l’évacuation d’excès de chaleur. Buvez la tisane une fois refroidie; son effet sera encore plus intéressant.

 

Les solutions aromatiques!

En aromathérapie, il est très intéressant d’utiliser les essences aromatiques pour limiter la transpiration abondante et ses effets secondaires.

Certaines essences ayant ont des propriétés antisudorales. Il est important de spécifier que cette qualité n’empêche pas la transpiration d’être éliminée du corps comme peut le faire certains anti-persistants. Elles vont plutôt agir en limitant une transpiration excessive. La sauge officinale fait partie de ce groupe.

À cause de leurs propriétés antisudorale, antibactérienne et stimulante lymphatique, il devient intéressant d’utiliser les huiles essentielles comme déodorant corporel. Appliquées en petites quantités, plusieurs essences aromatiques peuvent être utilisées pures aux aisselles. Attention de bien vous informer avant d’en faire l’utilisation sous les bras puisque certaines essences vous causeront une sensation désagréable de chaleur pendant plusieurs minutes. Si cela venait à arriver, essuyez la région enflammée avec un papier jetable imbibé d’huile végétale de votre choix (olive, amande douce, tournesol, etc.). Après avoir mis quelques gouttes de l’essence choisie, une toute petite quantité de bicarbonate de soude frottée aux aisselles permettra d’absorber simplement les mauvaises odeurs dégagées durant la journée.

Voici quelques essences aromatiques qui pourront être utilisées telle quelle si vous aimez l’odeur ou mélangées ensembles :

  • La lavande vraie (Lavandula angustifolia)

  • Le lavandin super (Lavandula x hybrida Super)

  • Le sapin baumier (Abies balsamea)

  • Le bois de rose (Aniba rosaeodora)

  • Le bois de Hô (Cinnamomum camphora ct linalol)

  • Le genévrier de Virginie (Juniperus virginiana)

  • Le cèdre de l’Atlantique (Cedrus atlantica)

  • Le cyprès toujours vert (Cupressus sempervirens)

  • La sauge officinale (Salvia officinalis)

  • La sauge sclarée (Salvia sclarea)

  • Le tea tree (Melaleuca alternifolia)

Comme les déodorants commerciaux, il faut quelque fois essayer plusieurs essences avant de trouver celle qui nous convient le mieux, tant au niveau de l’odeur qu’elle dégage sur nous que sur son efficacité.

Si les sueurs proviennent plutôt d’un déséquilibre hormonal, la sauge officinale et la sauge sclarée seront parmi les meilleurs choix. Leur action mimétique hormonale permet d’équilibrer les hormones en déroutes et de réduire les symptômes désagréables. Pour cela, pas besoin de l’appliquer sous les aisselles; une petite goutte sur les poignets, le nombril ou les chevilles fera bien l’affaire. Au quotidien, 1 à 4 applications par jour permettront sûrement de réduire les bouffées de chaleur de la journée (ou de la nuit!). Par voie interne, l’essence d’anis étoilé (Illicum verum) pourra offrir des effets similaires. Mettre une goutte sur la langue après le repas permettra en plus une meilleure digestion.

Si les sueurs semblent provenir d’une mauvaise digestion, outre l’anis étoilé, vous pouvez opter pour la fraîcheur de la menthe poivrée (Mentha piperita) qui procurera l’effet glacial souhaité. Déposez une goutte sur la langue, soit après les repas ou lorsqu’une bouffée de chaleur survient puis profitez du rafraichissement!

 

Extrait du Magazine VIVRE, Volume 15, Numéro 6

 

academie-jardin-de-vie