Muscles: quand le claquage rend plus sage...

"À l'exception des muscles involontaires, tel le coeur, les muscles s'activent par une simple motivation ou une volonté de nous mettre en mouvement. Sans muscles, nous ne saurions nous mouvoir. Alors, apprenons ici, comment prendre soin de ces travailleurs incessants..." Laetitia Betton

Mais trop souvent, avec l'arrivée du beau temps, on s'emballe! On court cinq kilomètres de trop, deux fois trop vite; on lève plus de poids que nos muscles ne sont prêts à le faire; on force mal, on force trop et, sans crier gare, notre corps nous fait sentir qu'on est allé trop loin. Trop tard...

Par Véronik Tanguay

 

En naturopathie, plusieurs voies d’actions sont possibles afin de prévenir et de soulager les douleurs musculaires. Une bonne hygiène de vie demeure le meilleur moyen d’éviter les états inflammatoires. Par mesure de prévention, il importe de conserver une masse musculaire tonique, souple et oxygénée. Pour ce faire, l’exercice régulier incluant le travail musculaire et les étirements doivent se glisser à l’horaire quotidien; des muscles tendus et raides se crispent beaucoup plus facilement, pour mille et une raisons! De plus, le mouvement active les systèmes circulatoire et lymphatique afin que les déchets cellulaires soient mieux évacués par nos organes éliminatoires. Les muscles seront naturellement moins tendus s’ils ne sont pas gorgés ou entourés d’acidité et de déchets métaboliques.

Respirez!

Afin de mieux gérer le stress mais aussi oxygéner le sang, la respiration consciente et profonde est un élément indispensable à notre santé. Permettre au corps de vivre une période de détente dans la journée facilite la relaxation musculaire. En effet, dès que le stress s’installe, diverses parties du corps se crispe et la respiration devient plus rapide et superficielle. Dès lors, le mouvement du diaphragme devient restreint et beaucoup d’organes et de muscles adjacents en souffrent. Imaginez si cet état de stress dure pratiquement toute la journée, 7 jours par semaine!

Et la digestion?

Beaucoup de douleurs dorsales sont causées par des troubles digestifs. Nombreuses sont les personnes qui se font traiter le dos de manière régulière alors que ce sont leurs organes digestifs qui crient au secours! Des intestins gonflés et ballonnés créent de la pression sur les tissus adjacents de même que des intestins irrités et inflammés se crispent et tirent sur les tissus environnants. Tout cela amène de la congestion tissulaire et une mauvaise oxygénation des cellules. De plus, ces organes peuvent venir qu’à émaner des déchets non éliminés; l’acidité dégagée se retrouve ainsi dans les tissus environnant, causant de l’inflammation supplémentaire.

Dans une autre vision, un organe stressé, tel qu’un foie surchargé ou malade, peut devenir crispé puis, à son tour, causer une tension continue aux nerfs le reliant à la colonne vertébrale puis au cerveau. Ainsi, soigner le ou les organes reliés à une vertèbre douloureuse bonifie les résultats.

Afin de calmer l’inflammation tout en appliquant les bases d’une vie saine, quelques plantes peuvent contribuer à réduire la douleur. Souvent, moins de douleur facilite la remise en forme et c’est ainsi que la roue peut se remettre à tourner. Les plantes seront choisies selon votre type de douleur, sa localisation, la santé de vos organes et d’autres facteurs tels que la prise de médicaments; il convient donc de demander conseil à un herboriste thérapeute accrédité avant de vous y aventurer. Le curcuma, la reine des prés, la valériane, le houblon, le bouleau, l’actée noire, le saule, l’igname sauvage, les graines de céleri, le thé des bois, l’angélique et la grande camomille ne sont que quelques exemples de plantes qui sauront porter main forte, pour quelques jours ou quelques semaines.

 

Les solutions aromatiques!

L’aromathérapie est une médecine sensationnelle pour soigner les douleurs et l’inflammation. Nombreuses sont les huiles essentielles ayant des propriétés antispasmodiques et anti-inflammatoires. Qu’elles soient appliquées en prévention ou de manière curative, ces trésors de la nature accompagnent la musculature humaine et ses caprices depuis des centaines d’années. Pensez au très populaire « Baume du Tigre » fait à base de menthe poivrée et de camphre. Au Québec, c’est « l’Antiphlogistine » qui a la cote avec ses effluves de « paparmanes roses » provenant de l’essence de thé des bois ou de sa principale molécule anti-inflammatoire; le méthyl-salicylate.

Dans la pharmacopée québécoise, le sapin baumier et la verge d’or sont d’excellents anti-inflammatoires. Leur huile essentielle sera massée sur la région douloureuse à raison d’une dizaine de gouttes dans une cuillère à thé d’huile végétale. Parmi l’une des plus thérapeutiques, l’huile aux fleurs de millepertuis arrive haut la main. Pour préparer cette huile de massage hautement thérapeutique, les bourgeons floraux sont récoltés autour du solstice d’été puis macérés pour 1 à 2 mois dans une huile végétale de haute qualité, telle une huile d’olive ou de tournesol biologique. Cette huile, même sans essence aromatique ajoutée, sera efficace pour soigner toute forme de courbature, d’élongation ou de tension.

Selon le type de douleur, des essences aromatiques antispasmodiques et circulatoires seront le mieux adaptées pour soulager une crampe ou un spasme. Le thé des bois et l’eucalyptus citronné peuvent être massés purs sur la région musculaire douloureuse. Pour les personnes ayant tendance à avoir des crampes aux mollets, l'application d'une essence circulatoire telle que le pin rouge avant d'aller dormir permettra de limiter le risque de vivre une crampe nocturne.

Les essences composées de phénols méthyl-éthers sont de bons antispasmodiques en plus d'apporter un équilibre sur le système nerveux central. Ainsi, en dilution dans un corps gras, l'anis étoilé, le basilic exotique, l'estragon et le laurier noble auront une bonne efficacité.

Ensuite, pour détendre davantage le muscle, certaines essences riches en esters contribueront à calmer et à agir comme relaxant musculaire. La camomille noble, la lavande et le petit grain bigarade pourront être ajoutées à une formule aromatique ou tout simplement massé à l'état pur. Enfin, n’oublions pas les ingrédients du populaire baume du tigre ; la menthe poivrée et le camphre qui offriront un effet de fraîcheur incomparable puis le romarin à cinéol et le baume de Copaïba pour leur incontestable propriété anti-inflammatoire. Il ne reste plus qu’à masser !

 

 

Extrait du Magazine VIVRE, Volume 15, Numéro 5

 

 

academie-jardin-de-vie