La fièvre, une alliée précieuse!

Quand une personne a une fièvre, son corps élève sa température normale (mesurée dans la bouche) au-dessus de 37,5 °C (soit 99,5 °F) dans le but de tuer les bactéries ou les virus qui le menacent. Une température rectale supérieure à 38 °C (soit 100,4 °F) ou une température axillaire supérieure à 37,3 °C (soit 99,1 °F) est également caractéristique d'une fièvre. Par Véronik Tanguay, ND, Ht-a

 

La fièvre est un moyen naturel de défense contre des envahisseurs comme les virus et les bactéries; en produisant une élévation de la température, elle crée un environnement hostile qui leur est néfaste. Une température corporelle élevée sert également à signaler aux globules blancs et aux cellules du système immunitaire de venir à la rescousse et de combattre une infection. Le degré d'augmentation de la température n'est pas nécessairement proportionnel à la gravité d'une maladie. Ayant généralement une énergie vitale plus forte que les adultes, les enfants ont tendance à mener une plus grande offensive que celles des adultes. S’ils n’ont pas de faiblesse immunitaire, ils se débarrasseront plus rapidement de l’infection, souvent en vivant une intense fièvre pour quelques heures, et reviendront sur pied rapidement!

Voilà pourquoi il importe de ne pas combattre la fièvre mais plutôt de l’accompagner afin de faciliter le processus de guérison du corps. Si aux premiers signes de fièvre, l’enfant se voit offrir une médication afin de l’arrêter, le corps perd sa première ligne de défense contre l’infection et cette dernière aura l’occasion de prendre le dessus.

Accompagner la fièvre, c’est offrir la possibilité au corps de transpirer plus rapidement et plus abondamment afin de permettre à l’excès de chaleur pris à l’intérieur de s’évacuer. Grâce à ce phénomène de transpiration, la température du corps sera maintenue à un niveau raisonnable. Des plantes sudorifiques, c’est-à-dire qui font transpirer, accompagneront à merveille votre enfant et ce, peu importe l’âge. L’achillée millefeuille, la cataire et la fleur de sureau sont parmi les plus populaires et accessibles. Prises en infusion ou en macération liquide, elles faciliteront le processus de guérison. Pour les bébés et les jeunes enfants, l’infusion pourra être mise dans un bain contenant une eau à la température du corps ou appliquée sous forme de compresses bien imbibées sur la peau. Pour les adultes, l’ajout de gingembre sera bénéfique. Ensuite, des plantes stimulantes immunitaires, antivirales et/ou antibactériennes seront ajoutées selon les besoins et spécificités propres à chacun.

Finalement, permettez-vous du repos et une alimentation très légère composée de bouillon d’herbes alliées du corps et du système immunitaire telles que le thym, l’origan, l’ail, le clou de girofle et la sarriette. Celles-ci contribueront à offrir tous les outils nécessaires à votre corps afin que son énergie vitale puisse reprendre le contrôle et éliminer tous les indésirables.

 

Solutions aromatiques

 

L’aromathérapie est une médecine complémentaire précieuse lors de tout genre d’infection. Elle agit rapidement et bon nombre d’essences possèdent des propriétés antivirales, antibactériennes, antifongiques et anti-infectieuses. De plus, plusieurs d’entres elles fluidifient le mucus et facilitent son élimination.

Les objectifs de l’utilisation des essences aromatiques durant une fièvre est de fortifier le système immunitaire, détruire les bactéries ou les virus responsables de la fièvre, contrôler la température du corps, stimuler la transpiration afin de faire sortir l’excès de chaleur et les toxines émanant des bactéries. Des essences rubéfiantes telles que le gingembre et l’écorce de cannelle de Ceylan génèreront de la chaleur. Utilisées chez les adultes seulement, elles devront être diluées entre 2 à 5 % dans une huile de massage pour ensuite être appliquées sur les pieds et le long de la colonne vertébrale. Il est important de suivre ces indications car lorsqu’appliquées pure sur la peau, ces essences créées une sensation de chaleur et parfois même de brûlure très désagréable.

D’autres essences telles que l’eucalyptus radié, la menthe verte et la camomille romaine sont reconnues pour leur effet vasodilatateur réchauffant en périphérie et seront utilisées pour contrôler et résoudre la fièvre. Elles pourront être diluées à 10 % dans une huile de massage et être appliquées aussi aux pieds et le long de la colonne vertébrale. Chez les enfants, l’essence de camomille noble combinée à une essence anti-infectieuse à large spectre d’action, telle que le niaouli, pourra offrir de bons résultats. Évidemment, il importe de demeurer à l’écoute du corps afin d’évaluer l’évolution de la fièvre et combiner d’autres solutions naturelles au besoin.

S’il s’agit d’une infection virale respiratoire, des pistes de solutions proposées pour le rhume ou la grippe pourront être appliquées pour accélérer le processus de guérison.

 

Recette aromatique

Fièvre (M. Zayat)

 

Camomille noble : 1 gtte

Ravintsare aromatique ou Niaouli : 2 gttes

Pruche ou sapin baumier : 2 gttes

Ajoutez ½ c. à thé d’huile à massage ou d’huile aux fleurs de millepertuis et massez la synergie le long de la colonne vertébrale 4 à 8 fois par jour pour 1 à 3 jours. Si la fièvre persiste après ce temps, une consultation avec un professionnel de la santé serait envisageable.

 

 

Extrait du magazine VIVRE

 

 

 

academie-jardin-de-vie