La santé, jusqu'au bout des cheveux!

Devant la panoplie des produits colorants offerts sur le marché, de la teinture permanente aux mèches, en passant par le « glossing » et la décoloration, existe-t-il une alternative moins dommageable pour notre santé en général et celle de nos cheveux en particulier ?


Il existe principalement deux types de colorants. Le plus utilisé, le colorant permanent, contient généralement de l’ammoniaque et du peroxyde. Ses composants pénètrent le cortex du cheveu pour modifier sa pigmentation. Sa concentration élevée d’oxydant permet de couvrir tous les cheveux gris. Le colorant semi permanent, ou ton sur ton, ne renferme généralement pas d’ammoniaque et contient peu de peroxyde; il pénètre la cuticule et le cortex, mais sans en altérer le pigment naturel. Il ne couvre donc pas complètement les cheveux gris.

C’est sérieux!
Puisque environ la moitié des femmes utilisent une coloration, il importe de se questionner sur l’impact de ces ingrédients sur la santé. En effet, selon certaines études, le plomb et l’ammoniaque contenus dans la majorité des colorations permanentes en font des produits dangereux.

Dans une étude publiée dans le Journal of American Pharmaceutical Association, le docteur Howard Mielke, de l’université de Louisianne, affirme que le plomb contenu dans les produits colorants destinés à la teinture des cheveux est dangereux pour l’organisme puisqu’il ne disparaît pas totalement par un simple lavage de mains. Cette étude précise que ces produits contiennent des quantités de plomb de trois à dix fois supérieures aux doses de plomb autorisées dans les peintures murales par le gouvernement fédéral.

Par contre, selon l’évaluation des données scientifiques faite par Santé Canada, l’utilisation appropriée des teintures ne présenterait pas de danger. En effet, la Loi sur les aliments et drogues exige que les cosmétiques soient sans danger dans les conditions normales d’emploi. L’organisme estime tout de même que d’autres études seront nécessaires afin de connaître davantage les risques réels liés à l’usage de ces produits…

La prudence s’impose
Une étude récente publiée en février 2001 dans le International Journal of Cancer révèle que les femmes qui emploient des colorants permanents au moins une fois par mois pendant un an ou plus, courent deux fois plus de risques de contracter un cancer de la vessie que celles qui n’en utilisent pas. Le risque est triplé pour celles qui se servent de ces produits pendant plus de quinze ans. Par contre, cette incidence n’est pas présente chez les utilisatrices de colorants semi permanents ou temporaires.

D’autres part, si certaines études concluent qu’il n’y a pas de liens entre l’utilisation normale de colorants et l’augmentation de l’incidence du cancer, d’autres arrivent à des conclusions souvent mitigées. Malgré tout, selon Santé Canada, il est connu que le cuir chevelu absorbe plus ou moins 1 % du colorant à l’application. Ce pourcentage, quoique faible, peut traverser le système sanguin puis atteindre divers organes et tissus de l’organisme.

Vous avez dit naturels?
Mais qu’en est-il des colorants dits «naturels»? Si les colorants capillaires ont la réputation d’assécher et d’abîmer les cheveux, les colorations naturelles, pour leur part, ne les agressent pas. Par contre, malgré les extraits végétaux qu’elles peuvent renfermer, les teintures permanentes contiennent souvent des pigments de synthèse et un oxydant. Puisque ces composants de synthèse sont utilisés en quantité minimale, le produit reste doux et n’abîme pas le cheveu.

En effet, l’oxydant se trouvera en général sous la barre du 3 % et, contrairement aux teintures plus «commerciales», vous ne retrouverez ni plomb ni ammoniaque; des déchets considérables en moins dans nos égouts! Dans les colorations semi permanentes naturelles, le henné est souvent à l’honneur. Combiné à d’autres pigments d’origine végétale, ces colorations permettent d’accentuer les reflets naturels.

Nos cheveux, le reflet de notre alimentation! Une alimentation équilibrée riche en légumes, fruits, grains entiers et protéines, procure les éléments nutritifs nécessaires à la vitalité du cheveu. Pour certaines personnes, la prise de suppléments contribuera à réduire les dommages capillaires.

Des apports d’acides gras essentiels et de vitamine E contenus dans l’huile d’onagre, les graines de lin et les huiles végétales biologiques, améliorent la texture du cheveu et sa brillance.

Les vitamines du complexe B contenues dans le germe de blé, le pollen et la levure de bière, ainsi que la vitamine C, améliorent la santé générale du cheveu en augmentant la circulation sanguine au niveau du cuir chevelu, stimulant ainsi la croissance.

Le zinc contenu dans la viande biologique et les graines de citrouille, stimule la production des protéines entrant dans la fabrication du cortex du cheveu.

L’ail et l’oignon sont excellents pour leur apport en acides aminés soufrés, la cystine et la méthionine, substances de base pour la fabrication de la kératine, principal constituant du cheveu.

De plus, des tisanes de paille d’avoine et de prêle sont une importante source de silice, minéral capital dans la régénération des cheveux ainsi que des ongles et de la peau.

Se concocter une recette maison
Ceux et celles qui désirent varier les reflets de leurs cheveux sans toutefois utiliser les produits offerts en magasin peuvent utiliser les infusions de plantes. Parmi les recettes les plus populaires, les décoctions de thé noir, de café, d’origan et de romarin favorisent les reflets foncés, alors que le jus de citron, les pelures d’oignon, la camomille, la centaurée, la rose trémière donne de l’éclat aux cheveux blonds.

Indication : Faire bouillir 50 à 100 grammes de ces herbes 10 à 15 minutes dans un litre d’eau puis appliquez en rinçage après le shampoing. Seul le jus de citron sera ajouté à la toute fin de la décoction, sans être bouilli. Il pourra également être vaporisé tel quel sur la chevelure après le dernier rinçage.

Ayant fait ses preuves, le vinaigre de cidre de pomme favorise une meilleure brillance. Ce dernier dissout les minéraux et le calcaire contenu dans l’eau. De plus, son pH acide referme les écailles sur la cuticule du cheveu. Cette cuticule bien serrée réfléchit mieux la lumière, ce qui donne une impression de brillance.

Indication : Diluer à raison d’un volume de vinaigre de cidre pour neuf volumes d’eau et vaporiser sur l’ensemble des cheveux après le dernier rinçage.

De l’éclat jusqu’au bout des cheveux
Adopter un mode vie sain et éviter les irritants qui causent des dommages à vos cheveux sont des choix santé qui vous protégeront d’éventuelles maladies. Voici un geste concret, facile à appliquer, qui contribuera à augmenter votre qualité de vie et à protéger nos générations futures.

Tiré de la Revue VIVRE
Volume 4 Numéro 6

academie-jardin-de-vie