Déodorants, antisudorifiques…

Grâce à nos millions de glandes sudoripares, nous produisons en moyenne jusqu’à 1 litre de sueur par jour afin de permettre au corps de réguler sa température. Encore faut-il s’assurer que ce précieux liquide ne puisse être détecté à des milles à la ronde…

Une des principales fonctions de la peau est d’évacuer une partie des gaz et des déchets. Elle compte parmi l’un de nos quatre organes éliminatoires, les autres étant les intestins, les reins et les poumons. Ainsi, une mauvaise odeur corporelle peut indiquer des troubles de digestion, de métabolisme, d’élimination et signifier qu’un excès de toxines demeure dans le corps à cause de divers facteurs tels une constipation chronique, un manque d’eau et un manque d’oxygène.

D’où proviennent ces « mauvaises odeurs »? La transpiration est un phénomène physiologique normal qui permet de réguler notre température corporelle. Si une chaleur humide ou une activité physique augmente la température de notre corps, ce dernier produira de la sueur qui, en s’évaporant, nous rafraîchira. Grâce à nos millions de glandes sudoripares, nous produisons en moyenne jusqu’à un litre de sueur par jour. Nous possédons tous notre propre odeur corporelle. Par contre, une mauvaise odeur persistante nous indique que notre corps vit un déséquilibre.

Petites bactéries, grosses odeurs!
Des bactéries se logent principalement dans les zones humides de notre corps. Ce phénomène normal devient toutefois malsain lorsqu’un déséquilibre de cette flore bactérienne entraîne une surproduction de leurs déchets et de surcroît, des odeurs désagréables. Une fois cette avenue bien explorée, il importe de se renseigner sur ce qui existe sur le marché actuel des déodorants et antisudorifiques afin de trouver ce qui vous convient le mieux.


Les déodorants et les antisudorifiques
On confond souvent antisudorifiques et déodorants, deux produits aux effets fort différents. Les déodorants masquent les mauvaises odeurs en les remplaçant par des parfums, tandis que les antisudorifiques diminuent la production de sueur.

Les antisudorifiques sont produits à base de sels métalliques (aluminium ou zirconium) qui obstruent les conduits des glandes sudorifiques et ils ont en plus des propriétés antibactériennes. Ils ont le désavantage de provoquer des irritations, des rougeurs et des démangeaisons chez certaines personnes.

Une nouvelle inquiétante vous est peut-être parvenue il y a quelque temps concernant un lien potentiel entre le cancer du sein et l’utilisation d’antisudorifiques. Cette nouvelle fut en partie démentie par la Société canadienne du cancer par manque de preuve. Par contre, une autre étude publiée dans le Journal of Applied Toxicology suggère qu’il pourrait y avoir une partie de vérité dans cette affirmation. En effet, une étude menée en Grande-Bretagne rapporte que sur une vingtaine de tumeurs du sein, dix-huit d’entre elles contenaient du paraben, un ingrédient se trouvant dans de nombreux produits cosmétiques, dont les antisudorifiques.

Tout comme les sels d’aluminium, ces produits ont l’inquiétante capacité d’imiter les effets de l’oestrogène et ainsi accélérer la croissance d’un cancer. Appliqués quotidiennement, les produits éliminant les « mauvaises odeurs » peuvent avoir une plus grande répercussion sur notre santé qu’on pourrait le penser.

En cas de doute, s’abstenir!
Voici donc une liste d’ingrédients souvent contenus dans les déodorants et antisudorifiques commerciaux et qui n’ont pas prouvé qu’ils sont sécuritaires lorsqu’utilisés de manière quotidienne.
- Sels d’aluminium (chlorhydrate et zirconium); peuvent avoir un effet sur le développement d’un cancer et ont été associés à la maladie d’Alzheimer.
- BHT (Butylhydroxytoluène); un agent de conservation synthétique suspecté d’être cancérigène et de causer des dommages au système reproducteur.
- La poudre de bébé ou le talc; un agent remplisseur et réducteur d’humidité dont il a été rapporté par le US National Toxicology Program qu’il pouvait causer des tumeurs aux animaux.
- Les fragrances synthétiques; des odeurs produites à base de dérivés de pétrole pouvant être liés à des cancers, des défauts congénitaux, des problèmes du système nerveux central et des allergies.
- Le triclosan; un agent antibactérien qui peut se convertir en dioxine, lorsqu’exposé à la lumière et à l’eau.
- Autres ingrédients tels que le DBP (phtalate de dibutyle), l’acide borique, la gelée de pétrole, le méthyl paraben et le monostéarate de sorbitan.

Les substituts…
S’il peut devenir difficile de choisir un déodorant à la suite de la lecture de ces ingrédients, plusieurs alternatives naturelles s’offrent à vous. À condition de toujours bien lire les ingrédients sur l’étiquette, vous trouverez dans les magasins d’aliments naturels plusieurs marques de déodorants à base d’herbes et d’essences aromatiques. Ils contiendront souvent des ingrédients sains tels que l’argile, le lichen, les algues, la vitamine E, le gel d’aloès, mais aussi des ingrédients naturels moins connus comme l’allantoïne, l’acide stéarique, le stéarate de sodium, le farnesol et la cocamide naturelle.

La pierre de cristal
La pierre de cristal, aussi appelée pierre d'alun, est un minéral qui, après avoir été humidifié légèrement, laisse une fine couche saline sur le derme qui combat les bactéries qui causent les odeurs. Cela n'empêche aucunement le processus de transpiration et ne bloque pas les pores. C'est à 100 % naturel, composé d'un seul « ingrédient » et la pierre peut durer des années.

Il faut toutefois demeurer prudent lors de son achat puisqu’on retrouve deux pierres d’alun sur le marché : l’une naturelle où vous retrouverez le terme « Potassium Alun » et l’autre, synthétique, fabriquée par l’industrie chimique où sera indiqué sur l’étiquette « Ammonium Alun ». Cette pierre synthétique peut aussi contenir le chlorohydrate d’aluminium ou le zirconium d’aluminium, tous deux contenus dans les antisudorifiques commerciaux.

Recette maison
Voici une recette maison d’essences aromatiques à utiliser avec un vaporisateur, avec ou sans la pierre de cristal :
? Lavandin super 75 %
? Sauge sclarée 10 %
? Pruche 15 %


Pour les odeurs fortes…
Buvez plus d’eau!
Selon votre métabolisme, peut-être transpirez-vous un peu plus, mais l’odeur sera moins concentrée. De plus, l’eau facilitera l’élimination des déchets par les reins et votre lymphe sera plus propre!

Quelques aliments à éviter…
Soyez vigilants quant aux boissons chaudes, aliments et épices qui augmentent la température corporelle (ail, oignons, curry, cumin, café, alcool).

Et à privilégier…
La consommation quotidienne de chlorophylle, de jus d’herbe de blé ou d’orge, d’enzymes digestives et de probiotiques peut être bénéfique.

Vêtements à porter…
Choisissez des vêtements et des chaussettes en fibres naturelles, telles que et le chanvre et la laine de chèvre, qui permettent à la peau de respirer.

Finalement, bougez davantage et faites des séances de saunas hebdomadaires qui permettront de nettoyer votre peau et votre lymphe. Bonne transpiration!

Paru dans le Magazine VIVRE
Volume 6 Numéro 5

academie-jardin-de-vie